image-fond
gauche

Durant quelques années, comme pour mieux appuyer sa ligne éditoriale, le directeur d’une de ces rares publications soutenant, justement, les musiques nouvelles et expérimentales avait pris l’habitude de placer en exergue de chaque nouveau numéro cette phrase de Robert Filliou, artiste conceptuel proche du Mouvement Fluxus : "L’art est ce qui rend la vie plus intéressante que l’art".
Vaste sujet de dissertation ou simple constatation ?
En effet, si le rapport du prix du beurre au nombre figurant au bas de votre bulletin de salaire pèse plus lourd sur votre quotidien qu’un solo de contrebasse, l’exaltation ressentie à l’écoute dudit solo vous permettra peut-être de relativiser le trou occasionné dans votre salaire par le prix du beurre… Et, partant, de trouver à la vie un certain intérêt.
Tel est en tout cas le pari tenu depuis bientôt dix ans par l’Association PiedNu et les structures de plus en plus nombreuses qui la soutiennent ! La morosité due à la conjoncture et aux climats météorologique et politique ne tient pas la distance face au désir de vivre et à la curiosité quand ils sont excités par des propositions dignes d’attention. Aussi, des improvisations collectives de GOL à l’énergie ludique d’Api Uiz, de la douce folie d’Albert Marcœur aux clarinettes sinusoïdales du Quatuor Watt, de la fureur incandescente de The End aux tambours polymorphes de Yuko Oshima ou aux cuivres tentaculaires de Spat’sonore, c’est à un véritable bouillon de culture macérant dans l’effervescence du risque pris que nous avons choisi de vous convier. Ajoutez à ces expériences d’écoute la vidéo psychédélique de Jacques Perconte et la danse désarticulée de Lorena Dozio et vous vivrez ainsi la complète immersion sensorielle des yeux, des oreilles et du corps.
Histoire d’aller vérifier si, d’aventure, l’art ne serait pas ce qui rend la vie plus intéressante que l’art.
Joël Pagier